La sémantique est mon amie – épisode 1

Il y a quelques années de cela, je rencontrais un thérapeute-écrivain, lequel plantât une petite graine en mon esprit.

Petite graine devint un outil puissant, s’ajoutant à mes différentes pratiques. Permettez moi donc de le partager avec vous,

Ça pourrait vous intéresser 🙂

En tant que sophrologue, je suis de base une adepte du langage/des pensées/des visualisations en version positive.

Bien, mais pour comprendre l’intérêt de tout ça, un sympathique petit briefing sur notre ami le cerveau s’impose. Vu qu’il nous accompagne toute notre vie durant, et qu’il est un poil aux commandes, autant bien capter son fonctionnement. Car en effet, si notre cerveau est extraordinaire de par ses potentiels illlimités, il est en même temps un peu stupide. Je m’explique.

Commençons par différencier ses 3 grandes parties:

1) le cerveau archaïque, ou reptilien. Il est le plus ancien et nous le partageons avec tous les mammifères. En charge de tout ce qui a trait à la survie de base, il est très rigide et complètement inaccessible à nos tentatives de lui expliquer les choses de la vie.

2) le cerveau limbique. C’est lui qui nous intéresse, car c’est tout sa faute! Hum… Il s’agit donc de notre cerveau émotionnel. Centre de la mémoire à long terme, c’est là que nous stockons tous nos comportements, schémas etc. (oui, également ceux qui nous pourrissent bien la vie). Celui-là est accessible (ouf!) mais sous certaines conditions. Bah ouais, Môôôssieur ne s’en laisse pas conter si facilement, ahaha. Et c’est aussi là-bas dedans que ça se passe quand on stresse.

3) enfin, le néo-cortex. La partie la plus récente dans l’histoire de l’homme et aussi la plus volumineuse. Car, paraît-il, nous sommes intelligents (lol) (autre débat, ok). Centre de la parole, de la réflexion, de l’analyse, et également de la mémoire à court terme. C’est là que galope le mental. Aussi connu sous le nom de « conseil d’administration« , voir cet article.

Bon, revenons à notre ami limbique, et quelques unes de ses particularités. Attention, c’est là qu’il faut se concentrer.

premièrement, il ne comprend pas le négatif. Si je vous dis « surtout ne pensez pas à un citron », que se passe-t-il? L’image d’un citron raboule immédiatement. Et pourquoi donc? Parce que le cerveau limbique fonctionne par images. Et tout votre iPhoto cérébral se trouve là. En fait, il prend tout, TOUT au premier degré (là est sa « stupidité » dont je parlais plus haut). De ce fait, il n’a aucun humour. Ça, c’est une capacité du néo-cortex (il en faut au moins une) (ok j’arrête). Bien évidemment, nous sommes capables de mentaliser une négation, nous pouvons comprendre l’interdiction. Contrairement au petit enfant, qui est un cerveau limbique ambulant. 100% émotions! Tous les parents ont déjà dit « Ne….pas… » (remplir les champs selon votre expérience) et obtenu l’effet exactement opposé. N’est-ce-pas? Eh bien voilà. C’est donc comme à un petit enfant qu’il faut parler à son cerveau. Si du moins vous souhaitez être compris….

deuxièmement, et ce point là est extraordinaire, il s’agit de sa plasticité. Voyez les neurones? Nous en avons des milliards. C’est cool mais nous ne pouvons pas agir sur leur nombre, non. Pas grave, il y en a bien assez. Nous pouvons en revanche agir sur la quantité et la qualité des connexions entre eux. C’est énorme! Keske ça veut dire? Que nous avons, toute notre vie durant, la possibilité de fonctionner autrement, d’apprendre, d’évoluer, de choisir des directions foncièrement nouvelles. Mais mais mais….. Comme je le disais plus haut, le limbique est très conciliant sous certaines conditions. Il veut bien, mais selon ses règles à lui. Et sa règle absolue est …… la répétition. Pour qu’un nouveau circuit neuronal se crée, puis fonctionne tout seul, il faut ré-pé-ter.

Prenez l’exemple de l’apprentissage d’une nouvelle langue. Au début, ça rame. Puis, à force d’entraînement, les nouvelles connexions se font, se renforcent et fonctionnent sans effort. Les mots, les phrases, la grammaire, autant de nouveaux chemins neuronaux qui se créent. Et c’est la même chose pour tout! Une langue, mais aussi un comportement, une manière d’être, de penser, tout, absolument tout, s’entraîne. Ce n’est pas parce qu’un chemin est battu et rebattu qu’il est impossible d’en prendre un autre… Alors oui il faudra tâtonner, marcher dans les hautes herbes, si hautes que l’on n’est pas sûr de la direction à prendre. Et à force de persévérance, de confiance et de répétition, n’importe quel nouveau chemin peut se dessiner. Il y aurait encore tant à dire à propos de la plasticité, mais je m’arrête là, c’est suffisant pour le thème du jour.

dictionary-613910_640

troisièmement, pour notre ami limbique, réel et virtuel, c’est kif kif. Sachez que si vous rencontrez Gérard dans la rue OU que vous pensez simplement à lui, les mêmes aires cérébrales sont activées. Et oui, Gérard a ce pouvoir sur vous. Et tant d’autres choses l’ont aussi… D’où la puissance de la visualisation! Et de l’importance qu’elle soit positive plutôt que négative, hein.

Conclusion: notre cerveau est tout disposé à nous seconder dans la poursuite de nos objectifs, si nous nous adressons à lui dans sa langue, avec l’équation suivante: phrases/visualisations/pensées positives + répétition (+ action mais ce n’est pas le sujet du jour, j’y reviendrai).

Le corollaire, c’est que ça marche aussi dans l’autre sens, d’où l’intérêt de prêter attention à la qualité de ce que l’on émet. Pensées et habitudes négatives s’enracinent tout autant sous la forme de circuits neurologiques, qui fonctionnent parfaitement bien tous seuls, merci pour eux (et hélas pour nous).

Cette longue introduction est importante pour comprendre l’objectif véritable de cet article, mais également d’autres à venir sur différents thèmes. Le fonctionnement du cerveau est une clé à prendre en compte dans sa vie et ce dans tous les domaines.

Tout cela pour en venir enfin à mon sujet. Ouf. En fait, je voudrais décortiquer avec vous quelques habitudes courantes du langage, celles qu’on REPETE tout le temps, qui bien que banales, nous desservent. Chacune fera l’objet d’un article. Attention, spoiler alert, le premier sera sur cette petite phrase pas si innocente que ça: « Je suis crevé-e » 😉 

A bientôt, et ayez de jolies pensées 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s